Monthly Archives:septembre 2009

la compote de pommes

nol de nol post on septembre 28th, 2009
Posted in conserve, sucrée Tags: ,
C’est la saison des pommes en Normandie… C’est aussi la saison de l’overdose de pommes…
Dans mon jardin il y quatre pommiers de pommes à couper (calville, boscop, grosse pomme rouge et pomme jaune) et un pommier de pommes à cidre… Cela en fait des pommes…
 

 
Donc après le rôti de filet de canard aux pommes, les cocos aux pommes, les salades aux pommes, les différentes tartes aux pommes et autre pommes au four, voici les compotes de pommes… Si vous avez d'autres idées de recettes je suis preneuse !! Et si vous passez par ici, arrêtez vous je vous donnerais des pommes !!
Certaines pommes comme les boscops tiennent assez biens jusqu’en juin si elles sont cueillies et stockées correctement. En revanche les calvilles se conservent beaucoup moins biens. De plus elles ne se conservent bien que si elles ont été cueillies, donc toutes les pommes qui tombent passent en compote.
 
 

 
Cette année les pommes et les poires ont été très malades… Mes pommes jaunes n’ont hélas pas résisté. J’ai pu sauver les autres en enlevant les mauvaises pommes mais le pommier jaune était bien trop touché… Il aurait fallu que je lui fasse un traitement avec une décoction de prêle au mois de juillet.
 
 
 

 

Pour 5 litres de compote de pommes

6 càs de sucre comple
6 càs de poudre fine
 
Eplucher et découper en morceaux les pommes. Mettre un peu d'eau au fond des gamelles puis ajouter la moitié du sucre et de la poudre fine et mélanger. Laisser cuire à feux pas trop fort jusqu’à ce que les morceaux fondent. Ajouter le reste de sucre et de poudre fine et mélanger.
Remplir les bocaux de la préparation et les emmailloter dans un morceau de tissu. Cela permet d’éviter les choques dans la casserole pendant la stérilisation. Placer les bocaux dans un grand faitout ou un stérilisateur et remplir d’eau jusqu’au dessus des bocaux.
Compter 20mn de cuisson après l’ébullition soit à 100°C.
 
 

J’ai également fait 4,5 litres de prunes au sirop au début du mois de septembre et 2 litres de bettes hier…

Et par ici un très beau site à visiter si les conserves vous intéressent !
 

pomme

un peu comme...

Partager/Marquer

le cake aux graines germées

nol de nol post on septembre 25th, 2009
Posted in Non classé
Comme je suis en vacances, il ne devrait pas y avoir trop de bentos avant le 12 octobre !!! Mais je vais quand même vous montrer le cadeau que j’ai reçu de Fossettes !! Lorsque le facteur m’a donné mon colis ce midi, j’ai tout d’abord fait une danse autour de la table en chantant : « j’ai reçu un cadeau !! » avant de l’ouvrir !!

Et dans le colis il y avait un joli bento à deux étages, une boîte carrée avec ses couverts et des découpoirs Miffy !! Et en plus j’adore Miffy !! Je suis donc super contente !! Mille mercis Fossettes !!

Même si je ne fais pas de bento, je mange quand même… Et cette semaine, j’avais une très grande envie de graines germées… J’ai donc mis dans le réfrigérateur deux petites coupelles de graines germées alfalfa et un mélange de lentille verte, fenugrec et radis. Ces coupelles y ont passé la nuit, et le lendemain, après avoir rincé les graines je les ai mis sur le germoir. Et trois jours plus tard mes graines étaient prêtes. Le froid du réfrigérateur trompe les graines (j’aime bien cette idée…) ainsi lorsqu’elles sortent de cette nuit glaciale, elles ont l’impression qu’elles sont dans le sud en plein été et elles germent mieux !


Avec ces graines, je me suis fait un délicieux cake au graines germées !

Cake aux graines germées
150g de farine T150
3 œufs
3càs de crème fraiche
1 càs d’huile d’olive
Parmesan
Graines germées
Levain
Sel
Poivre

Battre les œufs puis ajouter le mélange farine / levain. Ajouter ensuite la crème et mélanger. Ajouter l’huile d’olive et mélanger. Ensuite ajouter le parmesan, le sel, le poivre et mélanger de nouveau. Laisser reposer 30mn à température ambiante et enfin incorporer le plateau de graines germées de votre choix. Ici j’ai mis le mélange de lentille verte, fenugrec et radis.
Beurrer un moule à cake et verser le mélange.
Enfourner enfin dans un four chaud à 180°C pendant 40 à 45 mn. Il est cuit lorsqu’en plantant un couteau dans le cake, celui-ci en ressort sec.

Et la réponse à la question du post précédent est ici :

un peu comme...

weekend parisien chapitre 2/2 : la soirée assez parisienne

nol de nol post on septembre 24th, 2009
Posted in Non classé
Mon titre est une référence à une chanson de Boris Vian… Pourquoi est-ce que je vous parle de Boris Vian… Et bien parce que tout d’abord c’est un auteur que j’affectionne particulièrement et qui a marqué mon adolescence. Rien à voir avec la cuisine me direz-vous ? Et bien ce post n’a pas grand chose à voir avec la cuisine effectivement mais avec une autre de mes passions : la lecture.
Donc je suis membre du blogoclub tenu par Sylire et Lisa et le thème de lecture pour le 1er novembre est Boris Vian. Je n’avais pas vraiment envie de relire un roman de Vian, j’ai donc choisi de lire une biographie : Boris Vian par Claire Julliard chez Folio bibliographies. Je crois que c’est la première fois que je lis une biographie et j’aime bien. Si je vous parle de ce livre c’est parce que c’est celui-ci que j’ai lu durant ce weekend parisien et notamment sur la placette au dessus des Abbesses. Ce livre aussi et la petite phrase « ce qui est assez parisien » d’une chanson de Vian me revient toujours en tête lorsque je suis à Paris. Au fait, quelqu’un à trouvé le titre ??
Cette année j’ai participé, sur les bons conseils de Larkéo, au prix des lecteurs du livre de poche polars. J’étais donc membre du jury et je suis allée assistée à la remise des prix lundi 21 à la Maison Rouge à Paris.
Voici le carton d’invitation

J’en ai profité pour découvrir l’exposition Vraoum ! Trésors de la bande dessinée et art contemporain. Si vous êtes sur Paris ou de passage et si vous aimez la B.D. je vous conseille vivement cette exposition !! Il y a même Astro le petit robot !! J’ai toujours rêvé d’avoir des bottes comme lui…

Trois prix étaient décernés : le prix des lecteurs littérature, polars, et le choix des libraires. Et les gagnants sont :
pour le polar : Pierre Bordage, porteurs d’âmes
pour la littérature : Philippe Claudel, le rapport de Brodeck
pour les libraires : Milena Agus, mal de pierre
J’ai passé une soirée très agréable. J’ai rencontré d’autres membres du jury et nous avons pu échanger nos impressions sur la sélection et sur les auteurs ! Je n’avais pas voté pour Pierre Bordage mais pour Ben Helton, amitiés mortelles. Il a fini tout de même deuxième avec 31 voix contre 34 pour Pierre Bordage. Je vous recommande donc chaudement Ben Helton mais aussi Pierre Bordage parce qu’il faisait parti de mes favoris (en deuxième…) !!
Pour en revenir à nos p’tits clous et surtout au buffet… J’ai mangé, accompagné de plusieurs coupes de champagne, des grissins entourés de jambon crus, des noix de Saint Jacques sur toasts croustillants, divers vérines sucrées (tiramisu et autre panacotta) et des brochettes aux fruits (ananas, fraise, raisin).
Je suis rentrée ravie de ma soirée. Dans le RER j’écoutais The Mighty Mighty Bosstones, un groupe découvert à Evreux lors d’un concert en 2003 et à côté de moi un jeune homme lisait L’Enjomineur de Pierre Bordage aux éditions de L’Atalante…

Alors avez vous trouvé le titre de la chanson de Boris Vian ?

un peu comme...

weekend parisien chapitre 1/2 : les gyozas

nol de nol post on septembre 22nd, 2009
Posted in Non classé, salée Tags: ,
Ce weekend a été tellement riche que je ne sais pas trop par quoi commencer… Vous me direz par le début ce serait aussi simple… Il était une fois une petite nol de nol qui avait un petit blog culinaire tourné vers l’obento… STOP… Là c’est vraiment le début !! J’espère que vous appréciez l’essai stylistique de vous faire revivre le passé !! Bon, il était donc une fois un petit clou qui lu sur le blog de Charlotte CookingKitten qu’il y avait des cours de cuisine japonaise à Paris organisés par l’association Bonjour Paris.
 
Comme je devais aller à Paris ce weekend du 20 septembre pour assister à une soirée parisienne, dont je vous parlerais dans un prochain épisode, et que c’était le début de mes grandes vacances, je me suis inscrite !! Et c’était formidable !! Je suis arrivée assez tôt à Paris et notamment aux Abbesses. Et qu’elle ne fut pas ma surprise en sortant du métro de me trouver au milieu d’une brocante !! Après avoir tourné au milieu des étals des Chalands, je suis rentrée visiter l’église locale, puis je suis allée m’assoir sur une petite placette charmante, située en face du magasin de Tomoko, où j’ai pu me restaurer légèrement en lisant tranquillement !
 
 

 

Tomoko nous a accueillis très gentillement dans son atelier de cuisine et les quatre élèves que nous étions, Sandra, Fabien, Charlotte de CookingKitten et moi-même avons pleinement profité de ces moments en cuisinant puis dégustant nous réalisations !!

Nous avons donc débuté avec l’apprentissage de la cuisson du riz. Donc si vous n’avez pas de rice cooker, il faut tout d’abord bien rincer le riz et le battre pour enlever l’amidon. Ensuite, recouvrir le riz d’eau froide et laisser une phalange d’index d’eau au dessus de cette dose de riz. Puis laisser cuire 10 à 15 minutes sans découvrir ! Et pour finir, couvrir et porter à ébullition.

Ensuite, nous avons préparé une soupe miso et une salade, le tout à base d’algues et de soja. Pour ceux et celles qui ont du mal avec le soja, on peut le supprimer sans problème !

J’arrive enfin au gyozas !! La préparation de ces raviolis fut sans doute le clou de cette matinée !! Tomoko avait tout préparé, tout découpé, tout rangé dans des petits bols ! Il ne restait plus qu’à nous servir. En viande, il y avait de la poitrine de porc, de la chair à saucisse et du bœuf haché à 15% de MG. Il y avait aussi des crevettes déjà décortiquées !! Pour les légumes, nous avions le choix avec des poireaux, des carottes, de l’ail et surtout du hé (une sorte de cive plus épaisse et beaucoup plus grande) qui a beaucoup plu à Fabien ! Tomoko nous a distribué une vingtaine de carré de ravioli et nous a expliqué comment plié puis cuire. Nous avons alors passé le reste du temps à garnir, plier, froncer et manger !! Nous avons pu également en faire pour en ramener chez nous !

 

 

J’habite en Normandie. J’énonce cette évidence pour expliquer la suite… J’ai adoré faire ces gyozas et surtout je trouve ça vraiment très bon. Mon souci, et là vous allez comprendre la phrase précédente, est maintenant de trouver ces carrés de raviolis… J’habite en Normandie et dans l’Orne… J’avais dit à Charlotte, pendant le cours, que mon prochain défi serait de faire ces feuilles !! Et bien ce fut chose faite cet après-midi !!

Attention, il s’agit juste d’un test !!


Feuille de raviolis (3 gyozas)

2 càs de farine T55

Sel

Huile d’olive

Eau

Les feuilles que nous avons utilisées contenaient de l’œuf. Tomoko nous a expliqué que les chinois mettaient de l’œuf à la différence des japonais et qu’elle préférait les feuilles aux œufs parce qu’elles sont plus souples. J’ai choisi de ne pas mettre d’œuf parce que je voulais faire une petite quantité et ça marche très bien !

 

Donc il faut mélanger le sel à la farine puis ajouter l’huile d’olive et verser petit à petit de l’eau tiède pour former une boule qui ne soit ni trop collante ni trop sèche. Ensuite roulottez un bout de pâte et découper un carré. Déposez la garniture (ici jambon blanc, fenouil, ciboulette, poivron rouge et vert) sur une moitié du ravioli. Humidifiez ensuite avec un peu d’eau les deux côtés supportant la farce puis refermez et froncez la pâte.

 

La cuisson est ensuite un peu spécial. Dans une poêle à couvercle, versez de l’huile et une fois qu’elle est chaude (pour vérifier la température, je mets ma cuillère en bois sur le fond de la poêle et s’il y a des petites bulles autour du bois c’est que c’est assez chaud) déposez les gyozas sur le côté plat. Laissez cuire et une fois que c’est assez grillé, on ne retourne pas les gyozas mais on verse doucement de l’eau sur le côté (NON on ne jette pas l’eau vivement et au milieu sinon vous allez avoir de belles flammes !) pour finir par une cuisson vapeur. Toute la cuisson se fait avec le couvercle sur la poêle.

 

Juste pour finir sur ce samedi chez Tomoko : j’ai adoré rencontré Charlotte et faire enfin connaissance avec une bloggeuse dont je lis régulièrement les posts !!

La suite de ce weekend palpitant

au prochain épisode !

 

 

 

un peu comme...

le dernier bento de la dernière semaine de travail

nol de nol post on septembre 17th, 2009
Posted in bento, Non classé
Et oui je suis enfin en vacances !! 3 semaines et demie de vacances. Enfin un peu de temps pour ne rien faire…
C’est mon bento de ce mardi que je vais vous montrer. Je n’ai pas eu le temps de le poster plus tôt parce que j’ai eu pas mal de choses à régler, et notamment un déménagement de bureau, avant de partir en vacances… Bento de mardi puisque hier je suis allée au restaurant chinois… Un restaurant avec buffet à volonté et tout plein de petits raviolis vapeur !!
J’ai pris cette photo sur mon lieu de travail, le bento ouvert sur le furoshiki. Donc voici un bento dont la boîte a été fermé, enveloppé et transporté !

Sur une feuille de jeune bette cru et un lit de reste d’azukis, riz rond complet, dés de poivrons et fenouil, se prélasse un rollmops !

Ici, un buisson de brocolis trône au milieu d’une jolie tomate (parce que c’est toujours jolie une tomate), de dés de concombre et de poivron vert. Une feuille de ciboulette orne le tout !
Comme je suis maintenant en vacances, je posterai sans doute moins de bento, mais j’ai pleins de recettes et de petites idées à vous faire partager. Je pense qu’avec CookingKitten, nous vous ferons un reportage de nos aventures de samedi puisque nous nous retrouvons pour un atelier de cuisine japonaise d’Osaka : les recettes des grands mères japonaises !

un peu comme...